Le FBI veut qu'Apple affaiblisse les protections de l'iPhone, Tim Cook dit Non

Apple iPhone
Typographie
  • Très Petit Petit Moyen Grand Très Grand
  • Par Défaut Helvetica Segoe Georgia Times

Apple a mis en place depuis 2014 la nécessité de saisir un code qui permet de déverrouiller les appareils sous iOS comme l'iPhone, iPad, iPod Touch. Ainsi, l'iPhone, par exemple, ne peut être déverrouiller que par son propriétaire ou la personne qui connait le code. De nos jours, nos chères smartphones contiennent tout un tas de données très personnelle : nos photos, nos contacts, les endroits où l'on a été, nos sms/mms, etc... Apple a fait de la protection de ses clients et leurs données une top priorité.

Toute les données qui sont stockés sur un iPhone sont cryptés, évitant par la même occasion que ces données tombent en de mauvaise mains (hackers, voleurs, etc...) en cas de perte, de vol par exemple. De plus, le sytème de l'iPhone est fait de façon à effacer toute les données sur l'appareil au bout de 10 code faux. Et c'est cela qui embête le FBI.

Dans l'affaire de l'attaque terroriste de San Bernardino en Décembre 2015 dernier, de nombreuse vie ont été perdu. L'organisateur de cette attaque possédait justement un iPhone pour son travail. C'est cet iPhone que le FBI ne peut pas déverrouiller car le FBI ne possède pas le code de déverrouillage de cet iPhone. L'astuce trouvé par le FBI c'est qu'Apple devrait affaiblir les protections mis en place au sein de l'iPhone. Par exemple, créer ce qu'on appelle une "porte dérobée" qui permettrait de déverrouiller l'appareil à la demande même si celui ci est protégé par un code. Le FBI va même plus loin, ils veulent qu'Apple crée une version d'iOS qui intègre par défaut cette porte dérobée. (NDLR: mais où va t'on là ?)

Dans une lettre ouverte (en anglais) à ses clients publié sur le site d'Apple, Tim Cook s'oppose fermement et avec force à ce type de pratique, et là où le pdg d'Apple a raison c'est que rien ne garantie que l'outil, que le FBI veut qu'Apple crée et qui n'existe pas à aujourd'hui, ne sera pas utilisé pour autre chose. Ce n'est pas l'outil en lui même qui pose problème mais la technique qu'elle utilisera. Cette technique de "crackage" sera la porte ouverte aux indiscrétions du gouvernement américain (à tous gouvernement d'ailleurs) si elle venait à être divulguée. Mais cela ne s'arrête pas là, tout affaiblissement des mesures de sécurités pourrait permettre aux "bad guys" (hackers & co.) d'obtenir codes, mots de passes, code de carte bancaire, adresse et contacts des iPhones de leurs victimes.

Les experts en matière de sécurité informatique avertissent depuis longtemps qu'un affaiblissement des mesures de protections des systèmes d'information est un acte dangereux et extrèmement lourd de conséquence. Et ce pour tout ce qui a besoin de confidentialité et de protections - un exemple qui vous parlera : les sites bancaires sur internet ou le fait d'acheter sur internet via un site sécurisé (avec le fameux https://) . Dans notre monde hyper connecté actuel très digitalisé, la clé d'un système d'encryptage est une information qui permet de déverrouiller des données sécurisés et en donner l'accès aux utilisateurs légitimes. Si cette information est connu de tous, ou qu'un contournement est mis en place, l'encryptage du système peut être facilement cassé par n'importe qui qui en a la connaissance.

Dans sa lettre, Tim Cook indique que le Gouvernement Américain veut qu'Apple "hack" les données de ses propres clients et affaiblissent les standards de sécurité actuelle utilisé dans l'iPhone. Des standards qui ont pris des dizaines d'années à murir et utilisés dans l'industrie informatique et électronique actuel. iOS est centré sur la protection de ses utilisateurs. Le système est fait de façon à ce que son contenu soit encrypté, que les communications (via iMessages par exemple) émises par l'appareil soient encryptés lorsqu'ils circulent sur le réseau. La clé qui permet de crypter/décrypter ces contenus et ces échanges émis par un iPhone est stocké justement sur l'iPhone, autrement dit Apple est dans l'incapacité d'y accéder, et ce n'est pas le but de la société d'ailleurs, selon la lettre de Tim Cook. Le fameux code de déverrouillage que seul l'utilisateur propriétaire d'un iPhone connait est le seul moyen de déverrouiller justement ces contenus. C'est ce que le FBI est dans l'incapacité de casser.

Personnellement je soutiens la position de Tim Cook. Mettre en place des "backdoors" (porte-dérobée) dans un système d'information c'est le meilleur moyen de créer un risque que ce système tombe et ne protège plus le contenu qu'il est censé gardé grâce à des mesures de sécurité éprouvées. Ces backdoors pourrait permettre de faire de la surveillance de masse à l'insu des utilisateurs d'iPhone par exemple, permettre à un gouvernement d'écouter les conversations personnelles d'utilisateurs d'iPhone à leur insu sans avoir besoin d'une autorisation d'un juge. Je prend en exemple un gouvernement, mais cela peut être n'importe qui, organisme mafieuse, usurpateur d'identité, hackers et j'en passe.

Pour vous faire votre propre idée, consultez la lettre complète (en anglais) de Tim Cook qui explique tout directement sur le site d'Apple ici.

En tout état de cause, chacun se fera son avis au sujet de cette tentative du gouvernement américain et du FBI. Le mien est déjà fait. Et vous ?

 

PARTAGEZ CET ARTICLE

Commentaires (0)

Noté 0 sur 5 sur la base de 0 votes
Aucun commentaire pour le moment.
Soyez le premier à réagir.
Abonnez-vous à notre Newsletter gratuite pour ne rien manquer de l'actualité numérique.

Sondage Express

Le 3 Décembre sort la PS1 Classic, cela vaut il le coup de l'acheter ?

Oui, Carrément - 0%
Non, Trop chère - 0%
Peut-être - 0%

Nombre Total de Votes: 0
Les votes pour ce sondage sont terminé! le: décembre 31, 2018